Esprits:  Bois de forêt et de mer


Les artistes


Cécile Auréjac

 Diplômée de Master en histoire et histoire de l’Art, elle a installé son atelier de sculpture céramique à Vals-le-Chastel, sur les contreforts du Livradois, en 2010.

 

Présidente de l’association Terres et potiers d’Auvergne, membre d’Ateliers d’Art de France, elle anime des formations en modelage céramique et expose en galerie et lors d’événements liés à l’art céramique, partout en France.

 



Pierre Le Den

Paysagiste diplômé de l’ESAJ, illustrateur, plasticien, Pierre Le Den travaille depuis 25 ans toutes sortes de matériaux. Il est installé en Bretagne, aux environs de Redon.

           Il a notamment travaillé pour des installations muséographiques, réalisant sur commande de nombreuses sculptures et illustrations  (Micropolis, Réserve naturelle de l’étang des Landes, etc.).



L’exposition


     D’un côté, de la pierre et du bois roulé par les marées, des fils de métal entremêlés, des cordes, des plumes.

   De l’autre, de l’argile pétrie et modelée, rehaussée d’oxydes minéraux et soumise à l’épreuve du feu.

     De grands totems faits d’anciens bouchots et de bois flotter comme une forêt mangée par la mer et dont il ne resterait que la quintessence.

     De grands totems de céramique gravés, figuratifs et symboliques.

     Des figures hybrides magiques, animales et humaines à la fois…

   Une femme-louve, un homme-cerf, lionne, bison, genette, mouflon...

     Des capteurs de rêves faits de bois, plumes, perles, galets...

   Tous, totems et figures, sont une incarnation des esprits qui traversent, d’une manière ou d’une autre, qu’on y croie ou non, certains lieux : bord de mer, îles, montagnes, forêts, cavernes.

   Désacralisée, la nature dans toutes ses expressions, animales, minérales ou végétales a pu être malmenée…

     À l’heure de la cinquième grande extinction des espèces, l’humanité est, plus que jamais, l’ultime prédateur, au point de compromettre sa survie.

     Paradoxalement, jamais les hommes n’ont eu autant besoin de nature.

     Et si l’essentiel était de changer de regard ?

     Regarder différemment un arbre, une fleur, un animal.

     Retrouver, derrière chaque élément vivant, une incarnation, un esprit qu’il convient de respecter. 


L’installation


  Cécile Auréjac et Pierre Le Den présentent une quarantaine de sculptures de toutes tailles : environ 30 cm pour la plus petite, plus de 2 mètres pour la plus grande.

   L’installation est composée de 3 cercles « magiques ».

   Le premier cercle est celui des demi-dieux… Le visiteur n’y pénètre pas. C’est le cercle interdit. C’est un monde ailleurs…

  Le deuxième cercle est celui où on circule. C’est l’interface entre le monde dit « réel » et le monde magique.

   Le troisième cercle est celui des grands totems de bois flotté.

   C’est le cercle protecteur : c’est la porte des esprits. Il faut se sentir accueilli... et se mettre dans les dispositions pour y entrer.